CORPORATION DES VIGNERONS DE CHAMPAGNE

Examen de taille : une nouvelle organisation qui a fait ses preuves

Examen de taille :  une nouvelle organisation qui a fait ses preuves
Face à une crise sanitaire qui se prolonge, la Corporation des Vignerons de Champagne est passée entre les gouttes du confinement pour l’organisation de l’examen de taille. En effet, les mesures de restrictions concernant l’Aisne et l’Aube n’étaient pas encore en vigueur pendant ce rendez-vous qui a réuni cette année 585 candidats sur les 609 inscrits.

Comme pour la session de novembre, qui était un report de celle de mars 2020, les partici-pants ont été répartis sur différents sites : Vertus, Avize, Dizy, Saint-Amand-sur-Fion, Mailly-Champagne, Crézancy et Bar-sur-Seine. Avec toujours pour chaque centre, un responsable et une implication importante de tous les moniteurs. Résultat de l’examen : 69 % de reçus. « C’est un bon résultat, sachant que la formule mise en place en raison de la pandémie, avec moins de personnes par centre, a été concluante », précise Bruno Duron, directeur de la Corporation. Cet allègement a pu créer une ambiance moins stressante dans un environnement plus familier, comme pour ces 16 candidats de Saint-Amand-sur-Fion qui ont passé l’examen près de chez eux.
Au programme du jour « J », une épreuve pratique et un oral. La partie écrite a eu lieu le dernier jour au sein des centres de formation, évitant ainsi un regroupement trop important. Grâce au partenariat de maisons de Champagne, d’une coopérative, d’établissements de formation et de communes, cet examen s’est déroulé dans de bonnes conditions, mis à part la météo, parfois capricieuse. Port du masque, distanciation, désinfection des mains et des tables étaient de rigueur. Le tout sous l’œil attentif de jurys de professionnels dont fait partie Gérard Gallois, l’un des plus anciens puisqu’il a débuté en 1972. « À cette époque, j’y suis allé pour représenter le syndicat des cadres et maîtrises, car tous les Syndicats étaient présents à la Corporation des Vignerons. Tout postulant devait avoir son examen de taille et être présenté par un membre du jury confirmé ou un ancien », évoque-t-il.
Ces jurys sont constitués par le directeur de la Corporation et comprennent un moniteur ou formateur et deux professionnels. A 76 ans, Gérard Gallois, retraité
à Mareuil-sur-Aÿ, a terminé sa carrière en qualité de chef de secteur au domaine Bollinger. « J’ai passé mon examen de taille en 1960 au Fort Chabrol, à Épernay. Je devais tailler deux pieds en cordon de Royat et deux en Chablis, sans faire de faute éliminatoire. Sinon, on n’allait pas à l’oral et tout était fini. On ne liait pas et on avait les résultats immédiatement », se souvient-il. Dans les années 1980 fut mise en place l’épreuve écrite. En 2009, le conseil d’administration décide de refondre l’examen. Désormais, ce sont 8 pieds en Cordon à tailler et lier en 35 minutes et 8 en Chablis en 40 minutes. Sur la grille de notation, il est dorénavant possible de faire une erreur, sans être éliminé, mais avec une perte de 15 points. « Selon moi, un bon candidat doit faire preuve d’assiduité aux cours, être demandeur d’informations auprès de son moniteur et doit aussi bien connaître la réglementation en vigueur ». Mis à part la taille, Gérard Gallois est sollicité pour d’autres examens, que ce soit au sein de la Corporation, de la Draaf Grand Est ou d’Avize Viti Campus.

LE PODIUM
1ers – Jessica Demessemaker (Troyes) avec 590 points sur 600, ex-aequo avec Thomas Lomonaco (Taissy).
2e – Florian Poirot (Carnon) avec 587 points.
3e – Anthony Hehe (Reims) avec 580 points.