NOS VILLAGES

Jaulgonne : une cité en pleine croissance

Jaulgonne : une cité en pleine croissance

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Bientôt un Jaulgonne plage

A quelques encablures de Courtemont-Varennes, que l’on rejoint par un pont surplombant la Marne, Jaulgonne possède bien des atouts dont la rivière Marne, véritable havre de paix donnant sur les coteaux. Elle longe la commune sur plusieurs kilomètres et offre un lieu idéal de détente et de promenade. La municipalité a fait preuve de goût en aménageant ses berges avec des bancs, des lieux de pêche, des aires de repos, des espaces de jeux pour les enfants, des installations pour se livrer à quelques activités sportives et des jardins partagés. La commune va bientôt ouvrir un espace réservé aux loisirs, « Jaulgonne Plage », où il sera possible de faire du pédalo. Il accueillera aussi un terrain de beach-volley, des jouets urbains pour les plus petits et une buvette. Cet espace viendra compléter d’autres équipements d’accueil comme l’aire de camping-car, mode de déplacement qui a le vent en poupe depuis la crise sanitaire. « La buvette permettra bien sûr de faire connaître les champagnes du secteur mais aussi d’autres produits locaux », explique Anne Maricot. Si tout va bien, cet espace devrait s’ouvrir au public avant deux ans et contribuer à mieux faire connaître encore Jaulgonne et ses bords de Marne, à 20 minutes de la sortie Dormans de l’autoroute A4 et à 5 minutes à peine de la future sortie de l’autoroute Le Charmel, à 3 kilomètres de la commune, dans le Tardenois. D’autres projets sont dans les tuyaux comme l’aménagement d’une voie verte (promenade à pied et à vélo) entre Trélou-sur-Marne et Crouttes-sur-Marne, longue de 44 kilomètres, actuellement en phase d’études. Sans oublier la création d’une ruche pédagogique toujours sur les bords de Marne.