FEDERATION REGIONALE DES COOPERATIVES

Quand de jeunes coopérateurs crèvent l’écran

Quand de jeunes coopérateurs crèvent l’écran

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

4 autres témoignages à découvrir en vidéo

Outre Hélène Monleau et Benoît Chaleroux dont le parcours individuel et l’engagement coopératif champenois sont mis en exergue dans cet article, quatre autres vignerons coopérateurs s’expriment à travers des vidéos courtes (3’30”) mais denses réalisées par la Fédération régionales des coopératives. Il s’agit de Simon Lardenois (CRVC), Geoffrey Gaupin (Le Brun de Neuville), Isaline Nolot (COVAMA) et Margot Laurent (Vert Toulon). Leurs messages ont été présentés à l’occasion des dernières Assises régionales. Ces vidéos permettront à la FCVC d’illustrer d’autres événements de la coopération au fil du temps tant elles expriment la fierté de chacun des différents profils enregistrés d’être vigneron et d’appartenir à un collectif.

AG COVAMA

La certification gagne du terrain

À cause de la crise sanitaire, les sociétaires de la COVAMA ont, comme l’année dernière, été conviés à assister à l’assemblée générale tenue le 7 mai en visio-conférence depuis les studios de Visu Communication à Reims. Durant ce direct, via l’Extranet COVAMA, ils ont pu poser leurs questions aux élus après avoir entendu les différents exposés présentés.
Premier fait marquant, en dépit de la crise sanitaire, « les ratios de gestion et d’exploitation de la COVAMA sont bons pour l’exercice 2020 », indiquent les dirigeants. Le chiffre d’affaires réalisé est de 41,1 millions d’euros (en recul de — 16,6 %), mais tous « les postes de charge sont en forte baisse », précisent-ils. Au final, la coopérative réalise un bénéfice de + 0,286 Million d’euros et autofinance totalement ses stocks. En outre, elle possède un excédent de trésorerie.
Toujours sur le plan économique, les ventes de la marque identitaire Pannier, essentiellement installées en circuit sélectif (restauration, cavistes, aérien…), ont souffert avec un repli de — 24 %, à 280 000 cols. Toutefois, le prix moyen de vente est resté à un niveau élevé et Champagne Pannier a présenté un léger bénéfice pour l’exercice 2020.
Au cours de son allocution aux sociétaires, le président du conseil d’administration, Manuel Michaux a estimé que, « grâce à une gestion performante, COVAMA produit des résultats satisfaisants en 2020 » Selon lui, l’année 2021 restera marquée par une maîtrise des charges, en attendant le redémarrage des marchés espéré pour le second semestre 2021. »

Près de 50 % des surfaces engagées dans la certification

Concernant le volet environnemental, le président a tenu à préciser « qu’un gros tiers de nos surfaces sont certifiées HVE3A ou VDC par la voie collective » et a rappeler que « l’objectif est une certification rapide de l’ensemble des surfaces, de façon à répondre à la demande du consommateur et d’assurer l’avenir de nos exploitations viticoles. »
Si 33 % des surfaces de la coopérative sont déjà effectivement certifiées HVE3A ou VDC pour la vendange 2021, il faut noter que 47 % des surfaces sont engagées dans le processus de certification. « Le taux des surfaces certifiées devrait monter à 55 % pour la vendange 2022 et à plus de 70 % pour la vendange 2023 », assurent les dirigeants de la coopérative qui a « mis en place un appui technique, humain, informatique et financier important pour accompagner ses sociétaires et atteindre ces objectifs ».
Enfin il a été rappelé que COVAMA a mis en place en 2020 un contrôle sanitaire visuel des raisins livrés pour plus d’un tiers de ses surfaces et entend développer cet axe de qualité sanitaire de la vendange dans les années à venir.
La coopérative basée à Château-Thierry a dépassé les 500 sociétaires actifs pour des surfaces engagées de près de 660 hectares.