VENDANGE 2021

Confiante dans la reprise, la Champagne fixe ses besoins à 10 000 kg/ha 

Confiante dans la reprise, la Champagne fixe ses besoins à 10 000 kg/ha 
Après un excellent premier semestre avec de bonnes perspectives à moyen terme, l’approvisionnement de la vendange 2021, c’est à dire le rendement tirable, a été fixé à 10 000 kilos par hectare au terme des négociations entre le Syndicat Général des Vignerons et l’Union des Maisons de Champagne, lors du bureau exécutif du Comité Champagne.

Après une année 2020 plombée par la crise sanitaire, la filière champagne enregistre une reprise spectaculaire pour ce premier semestre. De janvier à juin, les expéditions ont bondi de près de 50 % par rapport à 2020 et de 5,5 % par rapport à 2019. Pour les vignerons, la progression est de 42,9 % par rapport à 2020, et de 28,1 % pour les coopératives.
À l’export, le record historique des expéditions du premier semestre (datant de 2018) est dépassé, tiré essentiellement par l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Australie. Le marché français retrouve également des couleurs en ce début d’été.

« Nous sommes en train de connaître les six meilleurs mois de l’histoire de la Champagne en termes d’export. De mois en mois, on est surpris de la hauteur des chiffres des expéditions. Compte tenu de la crise sanitaire que nous avons traversée, ces résultats sont inespérés », s’est réjoui Jean-Marie Barillère, coprésident du Comité Champagne lors du point presse du mercredi 21 juillet organisé en fin de matinée.

Optimisme partagé par Maxime Toubart, le président du SGV et également coprésident du Comité Champagne.

« On constate avec plaisir que le champagne est toujours associé à la joie et aux retrouvailles. Cependant, nous sommes toujours dans une situation incertaine face à la pandémie et il faut rester mesuré dans nos prévisions », a-t-il précisé.

Sur l’état sanitaire de la vigne, le constat est bien moins optimiste. Les épisodes de gel, les pluies diluviennes et la forte pression des maladies cryptogamiques menacent la quantité de raisins disponible.

« Les vignerons se battent contre les maladies et dans certains secteurs comme la Vallée de la Marne, la Montagne de Reims ou encore autour de Bar-sur-Aube, la situation est très tendue », a expliqué Maxime Toubart.

« Mais en revanche, rien à craindre pour la qualité des futurs champagnes ; nous avons du stock et surtout la réserve individuelle qualitative qui nous permettront de répondre à la demande », a-t-il conclu.

Le bureau exécutif du Comité Champagne a prévu de se réunir à nouveau le 2 septembre, pour décider des autres mesures applicables à la vendange.