NOS VILLAGES

Monthelon, le balcon de la Champagne

Monthelon, le balcon de la Champagne

Niché dans les coteaux sud d'Epernay, le village de Monthelon possède de précieux atouts touristiques et patrimoniaux.

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Les Demoiselles, un lieu-dit nommé désir

Impossible de ne pas visiter Monthelon sans se rendre au lieu-dit « Les Demoiselles », dans les hauteurs de la vallée et en bordure de forêt. Sur place, des sapins plantés par les habitants dominent le vignoble et confèrent à ce point de vue tout le charme qu’il mérite. Le tout doté de tables de pique-nique pour les randonneurs et les touristes. Et il n’est pas rare d’y croiser des pèlerins, puisque ce havre de verdure se situe à proximité du chemin menant vers Saint-Jacques-de-Compostelle.

Bientôt un alambic communal à Monthelon ?

La section locale de Monthelon ne manque pas d’idées originales pour dynamiser le village. Dernière en date : l’implantation d’un alambic communal pour perpétuer une tradition bien ancrée dans la Vallée de la Marne. « Nous n’avons jamais eu d’alambic dans le village, explique Emmanuel Chopin. Cela permettrait de réunir les gens autour de moments conviviaux. À Mardeuil, par exemple, ils distillent puis cuisent des saucisses à la vapeur des marcs de l’alambic. C’est quelque chose ! » Reste à trouver l’alambic et son emplacement.

Le trésor de Monthelon et l’église aux mille statues

En 1836, la réhabilitation d’une maison à Monthelon a donné lieu à une découverte surprenante : un trésor de 430 pièces d’or à l’effigie de Jean le Bon, Charles le Sage et Charles VI. S’ils confirment cet épisode historique, les vignerons évoquent aussi une légende selon laquelle toutes les pièces n’auraient pas été retrouvées… Autre pépite patrimoniale du village : l’église Saint-Nicolas, construite en 1869, qui abrite, outre une tapisserie et des tableaux datés des XVIIe et XVIIIe siècles, d’innombrables statues anciennes. « On la surnomme l’église aux milles statues, mais on en compte plutôt une trentaine, glisse Emmanuel Chopin. Ce qui est déjà très bien ! »