NOS VILLAGES

Spoy, une respiration dans la Côte des Bar

Spoy, une respiration dans la Côte des Bar

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Un développement au grand galop

Dans les premiers jours de juillet, Isabelle Mucyn avait à peine installé une jolie roulotte en bois (spacieuse et haut de gamme) dans un de ses prés, qu’elle avait déjà de la demande pour louer ce gîte original. Cette viticultrice, passionnée de chevaux, ne proposera pas de balade dans les environs avec cet équipement désormais ancré dans le décor verdoyant. « Depuis la terrasse, on distingue le pont romain au loin, mais surtout on admire les vignes qui grimpent le long des coteaux. La vue est magnifique », annonce la propriétaire, laquelle tient à faire partager à ses visiteurs la richesse de l’univers viticole et les sites touristiques emblématiques du secteur.
D’autres propositions d’hébergement, celles de Christine Herbelot qui a tout de suite goûté la quiétude de Spoy, son village d’adoption où elle a très vite entrepris de restaurer des maisons, pour certaines abandonnées. « Avec mon mari, notre première intention était de louer des biens à l’année, mais nous avons opté pour de l’hébergement touristique car il y avait davantage d’intérêt pour cette formule. Spoy peut paraître perdu sur la carte, mais on sait nous trouver, que l’on vienne de région parisienne, de Belgique ou de Grande-Bretagne », déclare cette femme dynamique disposant aujourd’hui de 3 chambres d’hôtes et 5 gîtes établis dans la même rue. Et ce n’est pas fini : « Nous possédons 12 maisons et 8 d’entre elles sont déjà rénovées. Nous avons encore du travail… » La proximité de Clairvaux, de Colombey-les-Deux-églises, des lacs de la Forêt d’Orient ou de Nigloland sont des atouts considérables pour fixer les touristes ou leur donner envie de revenir. « En retapant le patrimoine local, nous participons au réveil du village et nous donnons envie à nos visiteurs d’aller à la rencontre des vignerons », conclut-elle, heureuse de contribuer à cette vitalité.

L’Ornithologe vaut le détour

Anachronique dans le paysage, une loge contemporaine a fait son apparition mi-juillet au fond du vallon dans le cadre de la quatrième édition des Universités d’été Architecture et Champagne. Trois étudiants en architecture se sont appuyés sur la terrasse d’une solide cabane en pierres construite dans les années 1970 pour imaginer une extension très aérienne, toute en bois, destinée à devenir « un cocon » pour ceux qui y font halte. Temps de détente et vue dégagée sur la vallée du Landion devraient attirer les amateurs de nature préservée.
Les mêmes, en respectant une faune et une flore rares, pourront d’ailleurs, prolonger jusqu’à la réserve naturelle régionale de la Pelouse de la Côte de l’étang qui occupe la partie d’un plateau. Pas étonnant qu’avec un tel gisement de biodiversité à deux pas, le domaine Le Beurillon ait choisi le jeu de mot écolo pour baptiser sa loge : l’Ornithologe ! Alors une escapade à Spoy, chiche ?