TOURNÉES VENDANGES

Le SGV dialogue sur tous les fronts

Le SGV dialogue sur tous les fronts

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Sous le ciel adouci de Chézy-sur-Marne…

Il paraissait évident de tenir l’édition 2021 de la tournée vendange axonaise sur le secteur de Chézy-sur-Marne, touché violemment par le gel de printemps, la grêle de juin et les pluies diluviennes.
Rendez-vous était donné à l’exploitation du Champagne Jean-Louis Petit pour une visite du pressoir, dont l’activité a été considérablement réduite par le manque de raisin. Optimistes par nature, les vignerons ont partagé leur organisation et leurs projets : chaîne d’habillage, location de mobil-home, portes ouvertes…
Maxime Toubart a rappelé les efforts des vignerons. Les ventes se portent mieux que prévu grâce au dynamisme de chacun, et la valeur est maintenue. L’environnement est largement pris en considération grâce aux certifications et aux nouvelles méthodes de travail du sol. Et même si le raisin n’est pas ou trop peu dans les vignes, la réserve individuelle va permettre de franchir ce cap difficile.
Daniel Fallet, vice-président du SGV, a soulevé la problématique du recrutement de la main d’œuvre en soulignant tous les efforts réalisés par Pôle Emploi Château-Thierry et le Conseil départemental de l’Aisne. Il est également revenu sur les DSR (distances de sécurité riverains) en indiquant qu’il était primordial de trouver un chemin vers la concertation. Le dossier Chartèves a également été évoqué.
Le préfet de l’Aisne, Thomas Campeaux, récemment nommé, s’est exprimé aux noms de Fatou Mano, sous-préfète de l’arrondissement de Château-Thierry et de François-Xavier Beuville, sous-préfet nommé au dossier des intempéries subies dans l’Aisne. Il a rappelé que le dispositif d’aides aux calamités agricoles, inédit dans l’Aisne, a été instruit en suivant le modèle des autres régions déjà touchées par des intempéries exceptionnelles.
Cette année, la traditionnelle cueillette symbolique n’a pas eu lieu faute de raisin. La tournée s’est donc terminée par un long moment de partage et d’échanges entre les invités avec une vue imprenable sur le cirque ensoleillé de Bonneil.

Julie Mauvais, SGV