DISTRIBUTION

Les champagnes de vignerons séduisent les cavistes

Les champagnes de vignerons séduisent les cavistes

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Éric Fèvre, propriétaire de millésimes & saveurs à Reims et caviste d’argent 2018 : « On peut montrer ce qu’on est capable de faire grâce aux champagnes de vignerons. »
Les champagnes de vignerons représentent la grosse majorité de mes ventes en matière de chiffre d’affaires et surtout de volumes. Cela vient en partie d’une volonté de ma part : même si les marques m’intéressent, je préfère jouer la carte du vignoble pour trois raisons. C’est d’abord une question de rapport qualité-prix, un plan sur lequel ils se démarquent, et on y trouve aussi des cuvées de niche permettant d’exhiber toute la diversité de la région. Enfin, on peut présenter la production de vignerons stars, largement réputés. Être situé au cœur de la Champagne permet de proposer tout cela.
Dans un contexte où les clients sont plus curieux envers le vin en général et viennent acheter chez nous, ce que l’on veut, c’est montrer ce qu’on est capable de faire en Champagne, notamment grâce aux vignerons. À travers leurs cuvées, ceux-ci proposent des découpages de terroir plus précis, avec la possibilité de se diversifier dans le bio ou la biodynamie, et nous permettent de proposer à la clientèle quelque chose de vraiment différent.

 


Paolo Bouca Nova : « Les champagnes de vignerons nous démarquent de la concurrence. »

La signature Champagne de vignerons est une valeur ajoutée à partir du moment où le vin est bon. Je pars du principe que le champagne de vignerons est constitutif d’un segment qui permet à nos magasins de se démarquer de la concurrence. Les marques, que l’on peut trouver partout plutôt facilement, se livrent une bataille de prix, tandis que les champagnes de vignerons sont issus d’une rencontre des producteurs sur leur terroir. Il y a ainsi une vraie relation de partenariat qui se met en place, et on amène quelque chose de plus authentique et de plus pédagogique.
Je pense que ce style de communication porte aujourd’hui un effet positif, car les consommateurs veulent revenir à des valeurs plus humaines, donc il est intéressant de parler de ce type de cuvées et des gens qui les produisent, en mettant un visage sur un vigneron de Champagne, ce qui n’est pas facile à faire avec une grande marque. Néanmoins, ces deux démarches sont complémentaires, et je pense que ces univers doivent cohabiter en Champagne : à nous de faire en sorte que cela se passe au mieux.

 

Francesco Bonfio : « La Champagne ne doit pas voir le prosecco comme un concurrent. »
En Italie, le marché du champagne et du prosecco sont totalement différents. Bien sûr, il y a une différence de prix, mais pas seulement ; tous les Italiens connaissent la qualité des champagnes et il n’y a pas de confusion sur la manière de le boire.
Dans les bars à vin ou à domicile, les spritz sont bien sûr faits avec des proseccos parce que c’est très économique, et les champagnes sont consommés comme des vins. Je pense que c’est une erreur de considérer le prosecco comme un concurrent du champagne. En Italie, le prosecco est bien pour accompagner un panino, mais si on veut se faire plaisir et aller dans l’univers du vin, on achète du champagne.

 


Cyril Coniglio : « Avec les Empreintes Sol, Fruit, Cave, je vends davantage de champagnes de vignerons. »

Pour mes clients, le vocabulaire du champagne c’est blanc de blancs, demi-sec ou encore extra-brut, sans vraiment être sûr que ces notions techniques soient bien comprises. Or, je répète toujours aux amateurs que le champagne est un vin que l’on doit appréhender par le goût. Et justement, les Empreintes Sol, Fruit, Cave permettent de recentrer le champagne, et surtout les champagnes de vignerons, dans l’univers du vin avec ses qualités gustatives. Les clients découvrent ainsi la diversité des cuvées et des terroirs.
Ma gamme de champagnes est en train de changer parce que j’ai plus de ventes sur les champagnes de vignerons qui sont marqués par ces empreintes. Les champagnes de marques connues rassurent les consommateurs et restent une référence, pour des cadeaux par exemple, mais les amateurs recherchent de plus en plus des vins incarnés par des vignerons. Et dans ce contexte, le travail des cavistes est essentiel, car on apporte les informations et les conseils pour trouver des pépites. Et de plus, ces vins offrent un très bon rapport qualité-prix. D’ailleurs, mon ticket moyen de prix à la bouteille a même augmenté depuis que je vends des champagnes de vignerons.