Nos villages

Chenay, une cité de caractère

Chenay, une cité de caractère

Vous devez vous connecter à l'aide de votre identifiant et de votre mot de passe d'abonné
au magazine La Champagne Viticole pour accéder à ce contenu.
Votre identifiant et votre mot de passe vous ont été communiqués par e-mail lors de l'activation de votre abonnement à lachampagneviticole.fr.




Lost your password?

Chenay et son fort

Le monument aux Morts et l’église Saint-Nicolas, situés au cœur du village.

La Petite Montagne de Reims compte plusieurs forts, dont celui de Saint-Thierry et son annexe, la Redoute de Chenay. Datée de 1880 et de forme pentagonale, elle a été fortifiée sur un terrain de trois hectares au lieu-dit « Les Borgeonettes » pour surveiller la Vallée de la Vesle, de Muizon à Fismes. Ce site fut occupé à plusieurs reprises par les Allemands en 14-18, puis transformé en camp d’internement pour les déserteurs et les collaborateurs après la Seconde Guerre mondiale. Il présente des vestiges conservés et rares : un puits toujours en eau, une voûte sphérique, une rotonde, etc.

Huîtres et champagne, le duo gagnant
Depuis l’an passé, Patrick Houdet propose un bar à huîtres et autres fruits de mer venus de l’île de Noirmoutier. « J’ai un partenariat depuis trente ans avec le parc de Nicolas Pineau, explique-t-il. Je commande généralement une dizaine de tonnes pour les habitants et j’y associe désormais des dégustations de champagne dans la maison familiale, avec l’aide des jeunes. » Le concept a trouvé son public.

Une fanfare nommée « Espérance »
Créée en 1928 par Edmond Gilbert, l’arrière-grand-père d’Yves et Patrick Houdet, Jean Laflamme, le grand-père de Pascal Arfaux, et quelques amis la fanfare « Espérance » est toujours de ce monde. « C’était le prénom de la belle-fille d’Edmond, décédée très jeune, détaillent les deux frères. Au commencement, il s’agissait plutôt d’une clique, avec tambours et clairons. Puis les cymbales et la grosse caisse se sont greffées. Nous n’en faisons plus partie, mais elle continue à jouer et à défiler. »

Un restaurant gastronomique au cœur du vignoble
En 2017, Benoît Mérot ouvrait le restaurant gastronomique Attis, aménagé dans un ancien corps de ferme, avec vue sur les vignes. Ce passionné a œuvré auprès de grands chefs cuisiniers et artisans, tels que Philippe Etchebest lorsqu’il était à la tête de l’Hostellerie de Plaisance à Saint-Émilion, Didier Elena, l’ancien chef des Crayères ou encore le chocolatier-pâtissier sparnacien Vincent Dallet. Il propose des mets audacieux et associe à sa carte les vignerons indépendants du Massif de Saint-Thierry.

Henri IV, fan de l’eau ferrugineuse de Chenay
L’ancien lavoir de Chenay, visible sur la place de la Source Ferrugineuse, possède une petite fontaine qui, selon la légende, aurait été prisée par Henri IV pour son eau aux mille vertus. Parmi ses innombrables archives, Serge Fouché a retrouvé le « Traité des eaux minérales de Chenay », tiré des ouvrages du conseiller médecin ordinaire du roi.